Rechercher

Comment garder ses patients motivés ?



Dans cet article nous allons voir comment, tu peux influencer et tenter de maximiser la motivation de tes patients dans le cadre de la perte de poids.


La motivation du patient… Tu le sais bien, c’est le moteur qui amènera le patient vers le changement. Sans ce “feu intérieur”, peu importe la qualité de nos conseils, l’implémentation du patient ne sera pas au RDV…


Alors très souvent, au début, tout va bien ! La motivation est souvent au rendez-vous au début du suivi. Mais très vite, au fil des semaines, la motivation peut se dégrader.


Nous connaissons tous ses patients qui après être montés sur la balance se sentent déçus car les résultats ne sont pas à la hauteur de leur espérance... Et petit à petit, ces déceptions finissent par grignoter leur motivation qui du coup vont moins bien implémenter. Et on finit par tomber dans un cercle vicieux menant au décrochage…


Du coup, comment, nous allons, en tant que diététiciens, enrayer une bonne fois pour toute ce “yoyo motivationnel” et emmener nos patients, à leur rythme, vers de vrais progrès physiques et psychologiques ? C’est ce que nous allons voir dans cet article.


Pourquoi la motivation baisse-t-elle avec le temps ?


Mais avant de nous plonger et d’analyser d'éventuelles solutions, il est important de se pencher sur la source de ce “yoyo motivationnel”. D’où vient cette baisse de motivation ?

Une fois de plus, plongeons nous dans la tête des patients pour mieux comprendre.

La plupart du temps, ils arrivent avec des projections, une perception intuitive de comment ça va se passer. Beaucoup de nos patients sont influencés par les médias, internet et leurs expériences passées. Du coup ils arrivent avec des attentes beaucoup trop ambitieuses et ils pensent qu'ils seront capables de changer du jour au lendemain.


Et c’est ce “gap”, cette surévaluation intuitive des résultats qui crée la baisse de motivation.


Nous (diététiciens) sommes donc ici en face d’un problème de perspective !


Ce problème de perspective est encore plus exacerbé lorsque tu accueilles des patients, généralement “yoyoteurs multi-récidivistes", qui te demandent expressément quelque chose de très “cadré” où qui exigent un plan alimentaire précis (alors que tu sais que ce n'est pas ce qui leur faut et que de toute façon, ce n'est pas comme ça que tu travailles…).



Une mentalité de progression saine

La solution, pour maintenir une motivation plus constante sur toute la durée du suivi, c’est de faire évoluer les perspectives des patients et introduire chez eux ce que j’appelle “une mentalité de progression saine” et cela dès le départ !


Effectivement, mieux vaut ne pas attendre que son patient atteigne le “fond du trou” avant de commencer à travailler sur cet aspect. Ça sera plus facile pour toi de rebooster un patient qui a une petite baisse de motivation qu’un patient au bord du décrochage.


Par contre, ( tu l’avais peut être déjà anticipé), travailler ces aspects de perspective en début de suivi constitue un vrai challenge.


En effet, comme déjà dit, la motivation est souvent bonne en début de suivi et cette motivation initiale est très utile, voir nécessaire, pour amorcer les changements. Il ne faudrait donc pas tuer le suivi dans l’œuf dès le premier RDV avec des choses comme “vous savez, 4 kg par mois, c’est beaucoup, c’est pas sain de vouloir perdre si vite" ou encore "vous savez, il y aura des haut des bas et c’est tout à fait normal. On va y aller petit à petit, à votre rythme...


Non.


Le truc, c’est de pratiquer des exercices durant et en dehors des consultations pour, petit à petit, réaliser ce “shift” de perspectives qui ancrera le patient plus facilement vers une démarche saine, durable, petits pas par petits pas. La suite de cet article va te montrer 3 grands axes de travail sur lesquels tu pourras t’appuyer pour créer tes propres exercices.


1. Créer du sens

Le premier axe sur lequel tu peux travailler est celui du sens. Ancrer ses objectifs court ou moyen terme est le meilleur moyen de créer une motivation qui durera dans le temps.


C’est ce que j’appelle la chaîne du sens ou la chaîne des “pourquoi”. Le but est d’aider ton patient à réfléchir sur ses objectifs au-delà du suivi diététique.


  • Pourquoi entamer une démarche de perte de poids ?

  • Pourquoi vouloir être en bonne santé ?

  • Pourquoi vouloir se sentir mieux dans sa peau ?

  • Pourquoi vouloir retrouver de l'énergie ?

Exemple de la réflexion des "pourquoi" en version mindmap

Le but est d’aller chercher les motivations profondes du patient qui une fois mises en lumières t’aideront non seulement à instaurer de nouvelles habitudes mais aussi à supprimer les mauvaises.


Pour mener à bien cette réflexion profonde ( qui peut être très challengeante pour certains patients), je te conseille de passer par l'écrit. L’écrit permet de “ralentir” la pensée et d’avoir une vision plus claire. Il laisse aussi place à plus de créativité : pourquoi pas en effet créer un mindmap coloré que le patient pourrait accrocher dans un mur de sa cuisine ?


Personnellement, j'inclus cet exercice dans mon dossier patient ( voir article sur le sujet).


2. Faire oublier les objectifs !


Se concentrer sur ses objectifs est pour moi la meilleure manière d'échouer (et ceci est valable pour tout le monde…).


Tu en doutes ?


Exemple grossier idéalisé : je souhaite perdre 8kg. À raison de 2kg/mois, il faudra 120 jours.

Jour 1 : Ai-je perdu mes 8 kg ? Non.

Jour 2 : Ai-je perdu mes 8 kg ? Non.

Jour 3 : Ai-je perdu mes 8 kg ? Non.


Et ainsi de suite jusqu'au 120ème jour. Avec ce mindset “orienté objectif”, nous sommes en échec 99.16 % du temps !


De plus, cet exemple est idéalisé, et dans la réalité, c’est impossible de savoir combien de temps cela prendra (et parfois, ça ne sera même pas possible…)


Autant te dire, difficile de rester motivé dans ce cas…


Ce que je propose à la place, c’est de mettre le focus sur le système, les habitudes des patients. Il faut remplacer le “ai-je atteint mon objectif” par le “ ai-je bien fait mon habitude qui me rapproche de mon objectif ”. Du coup, on transforme une série d'échecs en série de succès ! Ça fait toute la différence non ?


Voici la liste des conseils que tu peux mettre en application pour aider ton patient à se concentrer sur ses habitudes :


  • propose-lui des outils de tracking

  • limite la quantité de nouvelles habitudes à prendre ( max 3)

  • propose lui des changements qu'il pense pouvoir réaliser (tout en étant tout de même challengeant pour lui).

  • l’habitude doit être simple, spécifique* et dans l’action ( éviter les négations “ne pas....")

* ne pas dire “ faire 30 min de sport / jour” -> dire “fais le tour du bloc durant ta pause dèj".


3. Prendre du recul et de la perspective face au progrès



Enfin, la 3ème chose que tu peux faire pour aider tes patients à changer de perspective, c’est mettre en valeur ce qu’il ont déjà et les progrès réalisés.


Prendre du temps pour identifier et mettre en valeur les petits succès accomplis, permet de créer un sentiment agréable d'être “sur la bonne voie” qui renforcera la motivation de continuer (principe de cohérence).


Par contre, faire ce travail n’est pas inné et la tendance naturelle des individus est plutôt dans l’adaptation hédonique que dans la reconnaissance. Le patient aura donc bien besoin d’un petit coup de pouce de ta part 😉


Tu peux aussi l’aider à prendre de la distance et une autre perspective par rapport à “ses petits soucis du quotidien” en lui faisant faire un exercice de reconnaissance.


Pour te convaincre que travailler ces aspects en consultation est capital, je te propose une petite expérience à faire avec un tes patients durant un RDV de suivi :


1. Demande lui de faire un exercices de reconnaissance , typique, citer 5 choses dans sa vie pour lesquelles il est reconnaissant.


Idéalement, ouvre ta consultation avec cet exercice, avant de débriefer des semaines écoulées. Si la durée de tes consultations est trop courte, le patient peut arriver 5 min plus tôt et faire l’exercice dans la salle d’attente.



2. Ensuite, ne lui demande pas “comment s’est passé les dernières semaines?", mais plutôt de faire la liste des progrès où des éléments/évènements positifs des dernières semaines.


Une fois ces 2 petits exercices terminés, reprends la trame normale de ta consultation. tu constateras par toi-même les résultats…


Voir le positif, prendre conscience des progrès c’est une question d'entraînement. Au début ce n'est pas facile de les voir, mais plus on pratique, plus ça devient facile.



En résumé...

A travers cet article, nous avons vu comment faire preuve de proactivité pour maintenir la motivation des patients tout au long du suivi. D’après moi, ce qui fonctionne le plus, ce n'est pas les beaux discours, du genre “vous savez, c’est normal d’avoir des passage à vide, aller faut s’accrocher !” . Ce sont des exercices qui vont travailler sur les 3 aspects cités plus haut à savoir :


  • créer du sens,

  • mettre le focus sur les systèmes (et non sur les objectifs)

  • travailler la reconnaissance et le sens du progrès.



Ne laisse pas la motivation du patient être quelque chose d’aléatoire, fluctuant au gré du temps et des envies. Non, elle est beaucoup trop déterminante dans la réussite d’un suivi que pour la laisser au hasard.

Essaie d'anticiper lors du premier rdv les “yoyo motivationnel”, surtout avec des patients qui arrivent avec “de grandes ambitions”.


Évite les “grands discours” et remplace-les par des petits exercices et des activités thématiques. ( d’ailleurs, désormais, lorsqu’un patient me dit qu’il veut perdre min 4kg/mois, je ne fais plus aucun commentaire…)


Et enfin, pour terminer ce résumé, je te recommande de faire preuve également de lâcher prise. La motivation des patients, c’est ne sera jamais quelque chose tu contrôleras à 100%. Tu ne peux que l’influencer dans un sens ou dans un autre.

Par contre, ce que tu maîtrises à 100%, ce sont tes propres actions. Alors dans ta tête remplace le


Il faut que mes patients restent motivé


par


que puis-je mettre en place systématiquement dans mes consult' pour maximiser la motivation des patients ?


Le mot systématique ici est très important. Tout comme nos patients, nous devons développer des habitudes en consultation qui petit à petit nous permettront d'augmenter considérablement l'efficacité de notre service et par conséquent nos résultats.

Et pour moi, les habitudes qui ont vraiment fait la différence pour mes suivis, c’est la systématisation :


  • d’un travail sur la motivation

  • l’aménagement d’un temps dédié à une activité thématique ou jeu

  • de l’instauration d’un planning de consultation

  • du contact avec les patients entre les rendez-vous

Si tu souhaites aller plus loin, je t’ai préparé une formation gratuite : “les principes de base pour faire cartonner tes suivis

C’est quelque chose d’unique, une vision globale pour proposer des suivis diététiques au TOP, vision qui manque cruellement lorsqu’on sort des études de diététique…

Pour la recevoir, c’est simple, il te suffit de cliquer sur l'image ci-dessous pour la recevoir par email.




690 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout